Nasses et casiers

Ils en pincent pour les crustacés

Des crabes ! Des homards ! Des bulots... Casiers et nasses sont des pièges spécialement adaptés à la capture des crustacés et de certains coquillages comme les bulots. Ils sont constitués d’une structure rigide recouverte de filet, et d’une ouverture, la goulotte. La goulotte (il peut y en avoir plusieurs) est disposée de telle manière que l’animal puisse entrer dans le casier mais très difficilement en ressortir. Garnis d'un appât de poisson frais ou salé, ils se posent par filières : reliés les uns aux autres et lestés pour bien reposer sur le fond marin. Un navire caseyeur peut ainsi mettre à l’eau plusieurs dizaines de casiers.

Avantages de la technique :

  • Une pêche sélective : les animaux capturés d’une taille inférieure à la taille légale peuvent être rejetés à l’eau vivants.
  • Un impact limité sur l'environnement : respectueux des habitats, les casiers ne créent pas de dommage sur les fonds marins.
  • Des produits d’excellente qualité : les crustacés restent vivants dans les casiers.

Les inconvénients :

  • La technique n’est pas universelle, car bien qu’il soit possible de réaliser des nasses à poisson, les casiers sont surtout utilisés pour capturer les crustacés et certains mollusques gastéropodes.

La plupart des caseyeurs sont des petits bateaux de 9 à 12 mètres. On les reconnait à leur large surface de pont, permettant d’accueillir les casiers. L'équipage est composé de 2 à 4 hommes, qui partent généralement pour la journée. Cependant, certains bateaux sortent en mer pendant plusieurs jours. Ils peuvent conserver alors leurs prises dans des viviers à bord.

Proche de la côte, dans la zone des 12 milles, à profondeur relativement faible (entre 40 et 80 mètres).

Ils en pincent pour les crustacés